Le 19 juin 2019 journée mondiale de lutte contre la drépanocytose s'est tenue une cérémonie au centre de recherche et de lutte contre la drépanocytose sous le  parrainage de Mme Keita Aminata Maiga épouse du président Imbrahim Boubacar Keita, « Le dépistage, un moyen efficace de prévention et de lutte contre la drépanocytose» est le thème de cette année.

Le 19 juin de chaque année, le Mali, à l’instar de la communauté internationale, commémore la journée mondiale de lutte contre la drépanocytose, qui constitue une préoccupation mondiale de santé publique. 

« Le dépistage, un moyen efficace de prévention et de lutte contre la drépanocytose» est le thème de cette année. 

Ce thème n’est pas fortuit. Il cadre avec la stratégie de lutte contre la maladie à travers la prévention des complications et la réduction des naissances drépanocytaires. 

Au Mali, nous enregistrons entre 5 000 et 6 000 naissances drépanocytaires chaque année. N’oublions pas que sans une prise en charge médicale spécifique, 50% de ces enfants drépanocytaires ne fêteront pas leur 5ème anniversaire. Face à cette situation, l’Etat malien a ouvert, en 2010, un Centre dédié à la prise en charge globale de la drépanocytose au Mali. 

La Journée mondiale de lutte contre la drépanocytose a choisi le thème : « décentralisation de la prise en charge de la drépanocytose au Mali », pour créer une opportunité de mobilisation de l’association de lutte contre la maladie, des partenaires et décideurs sur ce problème de santé publique, voire cette urgence mondiale. Les chiffres attestent, en effet, que la drépanocytose constitue un vrai problème de santé publique à l’échelle planétaire.
Les statistiques établissent ainsi que la drépanocytose est la première maladie génétique avec 1,5 million de transmetteurs du gène et 230 000 naissances drépanocytaires dans le monde. Notre pays figure dans ce sombre tableau avec un taux de prévalence nationale de 12%.
Le thème de la Journée mondiale de lutte contre la drépanocytose rappelle l’urgence d’agir pour multiplier les structures de prise en charge de la maladie. Le Mali qui possède une longueur d’avance sur nombre de ses voisins, en termes de compétences et de structure de prise en charge, doit accomplir de gros efforts pour répondre au défi de la décentralisation des soins contre la drépanocytose.

La drépanocytose peut entraîner de graves conséquences : une anémie, des crises douloureuses, pouvant toucher différents organes ou encore une moindre résistance à certaines infections »


Le directeur général du centre a expliqué que la communication pour un changement de comportement face à la drépanocytose est une mission de son établissement.

Le Pr Dapa Ali Diallo a précisé, à ce propos, que la maladie n’est pas connue dans tous ses aspects avant de noter que son centre enregistre un taux croissant de drépanocytaires.
Pour le Dr Lamine Diarra, conseiller technique au ministère de la Santé et de l’Hygiène publique, le thème est en rapport avec les réalités de notre pays. Le défi pour nous est de disposer de ressources humaines capables de poser le diagnostic de la maladie et d’assurer la prise en charge un peu partout dans notre pays.
Le président de l’AMULD a, lui, souligné la nécessité de fidéliser un donneur de sang pour chaque malade drépanocytaire. Le sang reste extrêmement important dans la prise en charge de la maladie, a insisté Diadié Koureichi.
Les différentes interventions ont été suivies d’une communication sur le thème de la journée.

Le Dr Aldiouma Guindo, directeur général adjoint du CRLD, a fait la genèse de la découverte de la maladie. Elle a été décrite pour la première fois en 1910 par le cardiologue James Herrick chez un noir, un étudiant en médecine, puis par d’autres médecins en 1911 et 1915. Mais, la notion de drépanocytose aurait été évoquée pour la première fois en 1922 par un médecin de Baltimore, le Dr Mason.
La journée a aussi été marquée par une séance de dépistage de la drépanocytose.

Message du ministre Michel Hamala Sidibé

Chers amis du Mali,

Je profite de cette occasion pour réaffirmer la ferme volonté du gouvernement du Mali, de soutenir et d’accompagner les associations de malades et les patriciens du domaine en vue de lutter contre la drépanocytose au Mali.

Le Centre de Recherche et de Lutte contre la Drépanocytose situé au Point G est une illustration de cette volonté ; il fait la fierté du Mali et de tous les partenaires nationaux, régionaux et internationaux.

Aux malades et parents de malades réunis au sein de l’Association Malienne de Lutte contre la Drépanocytose, nous souhaitons une excellente journée mondiale de la lutte contre la drépanocytose.

Informations supplémentaires